Avoir des enfants métis

P1010357Quand j’étais plus jeune, je ne m’imaginais pas avoir des enfants métis, en fait, je ne me voyais pas avoir des enfants. Point. De toute évidence, mon horloge biologique n’avait pas fait entendre son inévitable tic-tac. Pourtant, un jour je l’ai ressenti ce fameux besoin d’avoir des petites bêtes bien à soi. Je dois préciser que ma famille est multiethnique : il y a beaucoup de métis, d’Haïtien d’origine, de Québécois de souche et même des Coréens d’origine. Donc, quand mon destin s’est lié à celui d’un Québécois de souche, je ne voyais là aucun problème. C’était (et c’est encore) tout à fait normal pour moi d’avoir des petits mélangés.

Avoir des enfants métis c’est comme avoir une porte ouverte sur 2 mondes, sur 2 cultures. Bien sûr, une des cultures doit dominer, dans notre cas c’est la culture québécoise (si l’on vivait en Haïti ça serait la culture haïtienne). Mes petits sont élevés comme n’importe quels enfants à travers la province. Par contre, il était important pour moi qu’ils connaissent aussi la culture haïtienne parce qu’elle fait partie d’eux. Leur héritage haïtien explique les bouclettes de leurs cheveux, le teint basané de leurs peaux, la couleur de leurs yeux et la forme de leurs nez. Je suis fière de mes enfants, je trouve qu’ils ont hérité du meilleur des 2 mondes. De plus, selon moi, la culture haïtienne et la culture québécoise ont plusieurs points communs! Donc, mes petits ne vivent pas un gros clash des cultures. Ils ne sont pas pris par exemple, entre 2 spiritualités différentes.

Malgré le fait que nos cultures se ressemblent, les enfants ont un pied dans chaque monde. Même si on les élève dans une seule culture, il va arriver un moment où ils vont se rendre compte qu’ils sont différents. Ils ne sont ni blancs, ni noirs, ils sont les deux. Ma mère m’a toujours dit : « la couleur de ta peau n’influence pas tes actions » et c’est vrai, mais elle influence la perception des autres. Ma plus grande peur vient justement de cette perception, comment les gens perçoivent-ils mes petits? Comment mes enfants vont-ils se percevoir? Je ne veux pas que leurs comportements soient influencés par la vision d’autrui. J’ai peur que les blancs les voient comme des noirs et que les noirs les voient comme des blancs. Ça donne la place à du double racisme, et j’ai peur qu’il ne trouve pas leur place dans ce monde. Pour avoir vécu du racisme, je ne le souhaite pas du tout à mes enfants. C’est une des raisons pour lesquelles je vis actuellement à Montréal. Ici, on ne se fait pas regarder de travers, bien au contraire on me complimente sur mes enfants! Si je déménage hors de Montréal est ce que je peux garantir cette paix et cet anonymat à ma progéniture? Bref, j’ai beaucoup d’inquiétude!

Malheureusement, je ne contrôle pas les autres, ça me faciliterait la vie, mais bon. Par contre, je peux apprendre à mes enfants à ne pas juger une personne uniquement sur la couleur de sa peau et qu’ils ne doivent pas se laisser limiter par l’ignorance de certains. Je leur souhaite de pouvoir profiter pleinement de ce qui les rend différents. Qu’ils puissent faire de cette différence une force. Et puis, ne pas entrer dans aucun moule ça nous permet de nous créer un moule bien à nous, ya rien de mal à être original. 😉

Advertisements

15 responses to “Avoir des enfants métis

  1. Vanessa je trouve que ton texte est très réaliste sur les peurs que nous vivons en tant que mère pour nos enfants. Je n’ai pas à vivre cette peur de racisme pour les miens mais un paquet d’autres me hante quotidiennement. Puisse tes enfants vivrent leurs vies pleinement sans se faire juger par des ignorants qui se croit tout permis partout!

  2. Pour ce qui est du racisme c’est assez complexe… Mais bon j’ai grandis a Montréal-nord alors c’est peux être différant ailleurs mais bon c’est comme sa je le vois; Ado tu dois appartenir a un groupe comme n’importe quelle ado en faite, ont a tous passé par la… Mais se qui diffère quand tes mulâtre c’est que tu es toujours considéré se que tu n’est pas exemple; Les blancs te considère noir, les noirs te considère blanc, les latinos et les arabes te mélange entre eux. Tu n’est jamais juste considéré un mulâtre mais bon sa passe après l’adolescence. Mais bon j’ai eux beaucoup plus de positif que négatif. Le rejet se fessais rare et je me suis fais beaucoup d’amis d’ethnie et culture différente. Je ne pense pas c’est quelque chose que les parents de métis ont a s’inquiète surtout quand les mulâtre sont beaucoup plus présent qu’avant.

  3. Bon, étant Metis moi meme je trouve cela assez special. Cela est vrai tu a les pieds dans les deux mondes, Mais comme tu la dit il dois avoir un cote dominant. Pour ma part j’embrasse tres bien mes deux cote avec fierté, meme que j’en prend avantage quand Le besoin se présente. Mais sur le côté rascime je trouve que je l’ai vécu mais très subtilement. Cela pourrais sembler banale comme commentaire qu’est que le gens disent mais cela blesse quand même. Exemple : quand tu est avec Tes amies noirs et que tu te comporte autrement que eux ou que tu parle autrement il vont tout de suite dire ” t tellement blanche”!!! Comment sui-je supposer de me comporter. Autre exemple, j’ai une phobie des araignée. Si j’en voie une je crie, je saute, bref j’ai peur, mais si par malchance la famille noir ou mes amie me vois faire ce numéro je vais entendre ” ah voyons c une petite araignée ça dois être ton côté blanc qui ressort” je me dit que les noirs ont pas peur des araignée ?????? qu’est qui définie tes actions ? Ta couleurs? Ton éducation ? On pourrais en dire long sur le sujet. J’ai eu la chance de concevoir ma fille avec un homme de couleur foncé, la fille est sortie foncé, elle a aucun trait métis, je me dit que elle aura pas ce racisme subtile, mais par contre quand les gens la voie avec moi il y a toujours un commentaire ” oh c ta fille?, ohh son père dois être foncé ??, comment ça elle est pas plus clair comme toi? Ohh si elle était plus clair elle te ressemblerais davantage ” alors je me dit que cela sera jamais fin. Mais bon. Je suis unique et j’agis comme étant une personne à part. on fini par ignorer les commentaires et vivre sa vie.
    Merci d’avoir ouvert le sujet m’a sœur 🙂

  4. Bonjour,
    Ton article me touche beaucoup. Mes petits cocos sont aussi métissés. Les parents de mon chum sont d’origine haïtiennes également. Et le résultat surprend les gens. Ma fille est blonde et a les yeux bleus et elle est une copie de son père. Les jumeaux, quant à eux, ont la peau un peu plus foncé. Je ne suis pas objective mais je trouve mes enfants magnifiques… Et pour moi, la “blanche”, je fais l’apprentissage du racisme et des commentaires désobligeants que les gens ne se gênent pas pour faire. Je pense qu’un dont je n’oublierai jamais est venu d’un ancien collègue de travail, lorsque j’étais enceinte, qui m’a demandé si ça allait me déranger que mon enfant soit noir. Je n’en croyais pas mes oreilles. Je n’ai jamais été aussi bête avec quelqu’un. Mon enfant serait mauve avec des pois vers et je l’aimerais tout autant… Mon bébé n’était même pas né que déjà des commentaires étaient fait quant à sa couleur potentielle et de la perception que les gens en aurait. J’ai alors réalisé que mon enfant aurait à faire face à de tels commentaires peut-être toute leur vie. Combien de fois on m’a dit en blague devant la blondeur de ma fille, tu es sure que ton chum est le père ?? Ridicule. Combien de fois, j’ai répondu. “Oui, je suis certaine. Toi, es-tu certaine que ton chum est le père de tes enfants ?”. En retournant la question, je pense que certain ce sont rendu compte du ridicule de leur question. Et pour ce qui est des commentaires des amis noirs, mon chum s’est fait dire de nombreuses fois qu’il était un noir “blanc” à cause de sa dualité culturelle. Il en rit presque maintenant. J’ai la chance d’avoir de beaux-parents merveilleux qui nous aide beaucoup à faire connaître la culture haïtienne à nos enfants. Ils sont très ouverts et très fiers que leurs enfants soient québécois et de la manière dont ils vivent cette dualité.

    De notre côté, nous habitons Gatineau et même si nous sommes à l’extérieur de Mtl, je ne crois pas que ce soit bien différent. Nous habitons une magnifique quartier où on peut y entendre plusieurs langues et des enfants qui visiblement, ont des origines de partout. Et je pense qu’ils sont des exemples que l’on devrait suivre.. car peur eux, c’est clair que ça n’a aucune importance. Merci d’avoir parler ce sujet, Vanessa. Et tu as de biens beaux enfants ! 😉

  5. Merci milles fois pour ton témoignage Nancy! Les gens peuvent être blessants sans même s’en rendre. Quand j’étais plus jeune, je me suis jurée de ne plus laisser les commentaires de gens ignorants m’affecter, mais quand il s’agit de mes enfants … oouuff !! Merci encore 🙂

    • Merci à toi Vanessa !! Oui.. pas facile de se laisser atteindre quant il est question de nos enfants… mais j’y travaille. Au plaisir de te lire à nouveau !

  6. J ai deux enfants métisse deux magnifique fille une de 5et l autre de 2ans et demi mon mari est métisse et moi aussi je le suis mon mari est malien de son père et français de sa mère moi je suis gwada de mon père et réunionnaise mes deux parents sont m métisse

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s