Courir après le temps

Courir après le temps, on dirait que c’est tout ce que je fais présentement. En inscrivant “courir après le temps” dans google, je me suis rendue compte que c’est une chanson d’un Star Académicien connu…ouf, j’ai failli changer de titre 😉 mais non…c’est vraiment comme ça que je me sens les amis!

Ça fait un mois que je suis de retour au travail. Constat: les 2 premières semaines ont été infernales. Vous me direz que ce n’était peut-être pas un bon timing vu que c’était par le fait même le Grand Prix F1 de Montréal, événement qui ressemble à Noel pour les hôtels et restaurants et que mon chum a eu une formation de 4 jours lors de ma 2ème semaine de retour au travail, donc j’ai vécu la vie monoparentale pour une semaine. Les 2 semaines suivantes se sont par contre bien déroulées. On a pris une routine (ah la fameuse routine si sécurisante), on a mieux planifié nos repas, nos sorties, etc. Il faut dire que j’ai beaucoup appris. Appris à ne pas me stresser pour arriver à l’heure alors qu’à mon travail il n’y a pas vraiment d’heure fixe, appris à profiter de chaque moment passé avec mes filles le matin et le soir car maintenant je les vois beaucoup moins et appris à relaxer dès que j’ai un moment pour le faire.

Je cours par contre beaucoup après le temps. On dirait que mes journées ont seulement 12h?!? Ça passe tellement vite! Mais en même temps je me rends compte que le retour au travail me fait un bien énorme alors que j’ai failli choisir de rester à la maison. Je me suis rendue compte que j’angoissais vraiment pour des niaisieries…je pensais trop car j’avais du temps pour le faire! M’inquiéter que mes filles s’amusent et soient stimulées convenablement pour leur âge, m’inquiéter qu’elles mangent bien, qu’elles sortent dehors, qu’elles dorment bien, etc. Des fois c’est trop. J’avais vraiment le moton! Maintenant, je n’ai pas le temps de m’inquiéter de tout plein de détails. Je suis de retour à la base et ça me fait du bien. Mes filles vont bien, elles aiment la garderie, je ne m’inquiète pas et ça me fait du bien de ne pas avoir tout le poids du monde sur mes épaules… ne pas avoir à me questionner si je les stimule suffisamment, si je fais les choses comme il le faut. Je ne me sens pas indigne pour autant. Peut-être qu’un jour je serai de retour avec elles à la maison à temps plein, j’y pense souvent.

Lorsque j’ai annoncé à mon ancienne patronne que j’étais enceinte, elle m’a dit que ça me ferait du bien, que ça améliorerait ma façon de travailler au retour. J’ai trouvé ça drôle sur le coup et présentement je me rends compte qu’elle avait raison. Je suis moins… comment dire…trop intense dans mes relations. Si un client n’est pas heureux, c’est dommage, mais ça ne m’empêchera pas de dormir. Je vais régler la situation et passer à autre chose au lieu de me tourmenter à savoir le pourquoi du comment. Ça me fait du bien de me détacher un peu, de prendre du recul sur certaines situations. Plusieurs fois depuis 1 mois je me suis surprise à me dire “wow, je n’aurais tellement pas réagit comme ça avant d’avoir des enfants!”. Ça m’a réellement donné un côté plus humain. Comprendre qu’est-ce que ça veut dire quand quelqu’un dit que son enfant est malade, comprendre la fierté d’un parent qui parle des réussites au hockey de son garçon, etc. C’est drôle de penser que je n’ai pas travaillé pendant 1 an, mais que c’est pendant cette année que j’ai probablement le plus amélioré mon comportement, mon style de pensée, ma propre personne. Peut-être que je reste moins souvent à travailler tard le soir, mais je sens que mes journées sont plus productives qu’avant, je m’arrête moins aux détails inutiles et je focus. Quand je sors je laisse le boulot au boulot, mais quand je suis là, je suis là à 100% (à l’exception des nuits ou les filles font leurs dents haha dans ces cas là je suis là juste physiquement haha!).

Maintenant de retour au travail, je n’ai plus beaucoup de temps pour cuisinier, ni pour faire le ménage, ni pour écrire mes articles (?!? je sais je suis une blogueuse indigne!). Le temps ne va pas se matérialiser comme ça, il faut LE PRENDRE! C’est ça le secret. Autre apprentissage de ce dernier mois: bien faire nos choix. Je choisis d’écrire cet article, mon lavage attendra. Je décide de prendre 1 heure pour moi avant de péter les plombs, mon lave-vaisselle attendra. Je choisis d’aller me promener avec mon chien, mon chum attendra :).

Je vous laisse avec un superbe tableau d’un de mes peintres favoris, Dali…je serais curieuse d’entendre sa version de courir après le temps!

Bonne journée chers lecteurs!

Screen shot 2013-07-06 at 4.57.14 PM

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s