Faire le deuil d’un accouchement naturel

J’avais envie de partager un petit deuil que j’ai dû faire et je crois que probablement d’autres mamans se sont peut-être aussi senties ainsi : le deuil de devoir accoucher par césarienne. Quand je m’imaginais donner la vie, c’était en accouchant naturellement en prenant mon petit bébé dans mes bras tout de suite après , je m’étais fait un petit scénario .Quand j’ai su que j’attendais des jumeaux je me suis vite rendu compte à force de lire sur le sujet que ce petit scénario en question n’allait peut-être jamais prendre forme.

Puis la grossesse avançait et bébé A s’obstinait à rester bien assis confortablement dans mon bassin. Quand les bébés sont devenus trop gros pour se retourner le verdict est tombe assez rapidement ,césarienne pour moi. Je n’arrivais pas à croire que probablement mon seul accouchement allait se passer ainsi. Pour moi une césarienne ce n’était pas accoucher pour vrai ce n’était pas ce que je voulais. Je voulais vivre ce moment comme pleins d’autres femmes moi aussi. J’ai été pendant un petit moment, en deuil de savoir que jamais je ne vivrais cette expérience. Puis les semaines ont passé et tranquillement je me faisais à l’idée, de toute façon c’était hors de mon contrôle je n’aurais pu rien faire.

Ensuite, vers 36 semaines ma date de césarienne fût planifiée pour le 28 décembre 2011, je n’étais pas stressé ,j’allais me présenter le matin à la maternité avec mes valises, épidurale ,faux accouchement et ça y est j’allais être maman pour vrai. Je n’allais ni vivre une vrai contraction, ni perdre mes eaux et ni accoucher comme je le voulais. Dans ma tête les vraies femmes ne vivaient pas cela comme ça ,elles passaient par toute ces souffrances et pouvaient dire je l’ai vécu, j’en suis fière ,j’ai donnée la vie. Certaines me diront peut-être mais c’est bien ,pas de stress ,pas trop de douleur ,quelle chance ! NON ! Je voulais vivre toutes ces étapes point à la ligne , les femmes accouchent depuis des lunes pourquoi je ne peux pas ? C’était tellement injuste dans ma tête à cet époque. Je ne voulais pas donner la vie avec une intervention chirurgicale dans une chambre tapissée de blanc et froide point à la ligne.

Le 25 décembre aux petits heures je vais aux toilettes et perds mes eaux. J’étais si heureuse !! Je ne m’attendais tellement pas à ça, j’étais contente de au moins vivre cela ! En voiture pour l’hôpital un autre souhait se réalisa : les contractions ! Bien que j’ai eu beaucoup de contractions pendant ma grossesse celles-là après 30 minutes sont devenues assez intenses . Arrivée à l’hôpital mon plan de me faire faire un épidurale sans stresse s’envola, j’étais sur la grosse panique, je n’étais pas censée vivre cela comme ça après tout.

Finalement à 6h40 et 6h41 mes fils étaient là. Évidement ils fût transférés de salle avec papa. J’avais le cœur gros à rester là ,seule, avec pleins d’étranger à me faire ”charcuter”. Plus tard j’ai enfin rejoins ma petite famille ! Malgré le fait que j’ai beaucoup perdu de sang j’allais bien et mes petits amours aussi. Tout le monde étaient là et en santé.

Le lendemain de la césarienne j’ai vécu les pire douleurs que je n’avais jamais eu. Côté douleurs je peux vous jurer que j’y goutais c’était : ATROCE ! Je n’avais rien à envier à qui que ce soit, un faux accouchement c’était aussi devoir passer par d’énormes douleurs. Je ne sais pas ce que c’est d’accoucher par voie naturelle mais après avoir vécu la césarienne et tout ce qui vient après je me sentais assez : j’ai donnée naissance quand même !

Malgré le fait d’être déçu de ne pas avoir pu accoucher naturellement je me suis rendu compte que ça n’a pas plus de mérite que les autres méthodes. Que peut-importe la façon, donner la vie c’est magique et c’est un immense dont de soit. Que peut-importe comment,j’ai donnée la vie comme les autres mamans et je ne suis pas moins femme pour autant. J’ai sacrifiée mon corps, ma vie, mon quotidien pour mes petits bonhomme et j’ai fini par accepter et passer par dessus ce petit détail qui m’a si tourmenté.

Advertisements

2 responses to “Faire le deuil d’un accouchement naturel

  1. Woww comme je te comprend!!! Ont est tous de belle femme qui a eu de beau bebe 🙂 le proverbe qui dit il faut souffrire pour etre belle! (Sa s’applique a nous en titi)

  2. J’ai été touché par cette phrase où tu dis : “les femmes accouchent depuis des lunes pourquoi je ne peux pas”. Mes recherches sur l’histoire du Québec m’ont révélées que la recherche de solutions pour limiter les douleurs d’accouchement est loin d’être nouvelle. Il s’agit d’une fausse croyance qui est fortement répandue. Tu peux être fière d’avoir donné la vie à deux enfants d’un coup, ce n’est pas rien. Si tu veux en savoir plus sur cette histoire, voici mon article : http://www.entreparentheses.ca/2013/06/accouchement-1950/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s