Parents indignent en vacances

Ça y est, pour ajouter à ma liste de chose qui font parfois de moi  une mère indigne, voici une autre décision qui me fait sentir comme telle. Partir en vacances seule avec mon conjoint… sans mes jumeaux. La femme en moi est excitée et impatiente de passer du temps seule avec son chum, mais la maman en moi appréhende déjà la peine que je vais ressentir. Une semaine sans mes enfants, c’est long non ?!

Avant notre 3 jours en camping familial, rien ne m’aurait fait changer d’idée à ce sujet… Si nous étions pour partir en vacances dans le sud c’était avec nos fils point final, pas de discussion ! Après avoir passé trois jours , deux nuits en camping mon discourt ne sonnait plus aussi bien à mes oreilles. Mes enfants sont tout de ce qu’il y a de plus normaux pour leurs âges. Ils ne sont ni calmes ni hyper actifs, mais savent occuper nos journées. Il ne faut pas les blâmer ils sont exactement comme nous, nos fils ont du caractère et ne s’en laissent pas imposer, tout comme nous leurs parents. Après notre trois jours à l’extérieur de la maison, de retour au bercail Marc et moi étions épuisés, vidés, dépourvus de patience et d’énergie.

C’est à ce moment-là que je me suis imaginée dans le sud seule avec mon chum et nos petits amours et que cela m’a paru une montagne. Inconscients du danger , mangeant du sable, courant entre les gens sur la plage… trop près de la piscine. Juste à y penser j’étais déjà épuisée de dire Non ! Non! Non! Quand je nous imaginais dans l’avion c’était encore pire.  Juste en voiture dans les montagnes de Tremblant mon Benjamin se touchait les oreilles en criant… Le verdict fut clair, nous n’étions pas faits pour partir tous les deux seuls avec nos fils en avion. Pas avec des enfants de cet âge là en tout cas. À 20 mois ce sont de petits touchent à tout. la discipline est encore énormément à travailler. C’est certains que je veux voyager avec mes enfants mais le moment n’est pas encore propice.

J’admire ceux qui le font, ceux qui partent avec leurs familles, organisant toute la petite tribu pour la semaine. Moi je ne me sens pas capable. Manque de patience, d’énergie surtout. Après 15 mois de stress d’essais bébé, ma grossesse gémellaire, une césarienne difficile à surmonter, les centaines de nuits incomplètes, les inquiétudes classiques de nouvelle maman, le stress d’être une bonne maman tout en étant une bonne blonde, le retour au travail, le changement d’emploi… pour tout ça j’ai besoin de vraies vacances, de décrocher. Retrouver mon couple et reposer mon cerveau de maman.

Je sais que ça va être difficile, juste de m’imaginer les embrasser une dernière fois avant de partir loin d’eux une semaine me fend le cœur. Comment peut-on avoir si besoin d’une chose, mais devoir sacrifier une partie de nous-même pour y arriver. L’idée de m’endormir et d’être si loin d’eux m’angoisse mais en même temps dormirrrrrrr! Dormir sans avoir à me lever tôt et à me réveiller au moindre petits bruits étranges. Dormir sans interruption et quand je veux. Dans le même ordre d’idée, manger à l’heure qui me tente, ne pas devoir penser aux repas et couper tout en petit morceau. Me lever de table et partir sans avoir à nettoyer des petites mains et un souper à moitié par terre. Ouf ! Je sais que cette semaine va me procurer un bien fou et me donner une bonne pause, mais il y a toujours ce foutu, mais…

Malgré tout, j’ai décidé de réserver. Mes petits loups seront à la maison entre bonnes mains avec leurs Mamie; rien de trop différent et déséquilibrant pour eux, leurs petites vies vont continuer une semaine sans nous. J’ai le motton, mais j’ai encore un mois pour me faire à l’idée.  Je me dis que nous le méritons et sommes chanceux d’avoir quelqu’un de confiance pour prendre soins de nos trésors . Aux yeux de d’autres parents je suis peut-être mère indigne, mais au moins je serai une mère indigne reposée 😉

Advertisements

5 responses to “Parents indignent en vacances

  1. Bravo de la faire ! On se sent souvent déchirée entre nos besoins et ceux de nos enfants et ce qu’on s’exige comme maman. Mais au final, nos enfants ont besoin de parents heureux, point à la ligne. Bonnes vacances 🙂

  2. Alors que les jumeaux avaient 20 mois, nous sommes allés au Mexique avec les 4 enfants. Ma mere, leur MAMOUR nous a accompagnée. Je le remercie. Elle fut d’un grand secour durant les trajets d’avions. Nous avons passé de merveilleuses vacances en famille mais jamais nous avons eu la chance de nous relaxer un peu. C’était toujours GO GO GO… Malgré tout je recommencerais juste pour voir l’émerveillement dans les yeux des enfants en découvrant les beautés des pays étrangers…Je dois par contre avouer qu’alors que les jujus avaient 6 mois, mon chum et moi sommes partis pour une semaine pour fêter notre 10e anniversaire et recharger nos batteries. Nous en aurions encore grand besoin mais une partie de moi se sent incapable de partir en laissant mes cocos en arrière. Peut-être qu’en te lisant à ton retour alors que tu nous raconteras tes heures interminables de sommeil, de loisirs et de relaxation, tu me donneras le courage de tout laisser en arrière et de retourner charger mes batteries… Bon voyage chere Mélissa et ne te sens pas indigne, tu es humaine un point c’est tout !!!

  3. Je trouve que tu es très sage! Pas du tout indigne! Tu as vu ce que ça allait donner avec les jujus, et tu t’es dit que c’était mieux pour votre santé mentale et physique à tous les deux de prendre de “vraies” vacances! Bravo pour ta sagesse! 🙂

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s