Être une bonne mère malgré l’echec de la nôtre

J’ai longtemps hésité à écrire un article sur le sujet. Après beaucoup de réflexion, ça y est, je me lance. C’est un sujet pas évident, mais je suis prête et surtout je crois que je ne suis pas la seule à devoir faire face à cette situation :

Comment arriver à être un bon parent quand l’un des nôtres n’a pas été à la hauteur ?

Certains seront choqués par mes propos au courant de cet article et je m’en excuse d’avance. Je ne fais pas partie des gens qui se doivent de respecter leurs parents simplement parce que ceux-ci sont leurs parents. Mettre un enfant au monde selon moi ce n’est pas tout. C’est aussi l’accompagner à devenir quelqu’un de bien, c’est l’aimer et être à ses côtés pour l’aider à affronter ce qu’est la vie.

Pour vous mettre en contexte un peu. Mes parents m’ont eue jeunes ,j’ai toujours été très proches de mes grands-parents, car mes parents étaient instables. Ils se sont séparés j’étais encore un bébé. Depuis toujours j’ai ma chambre chez mes grands-parents et quand j’étais petite je disais que j’allais chez maman, chez papa et à la maison ( qui était en fait chez mes grands-parents). Mes parents changeaient constamment de conjoints . À part mes grands-parents paternels, rien n’était stable autour de moi.Quand ma mère a déménagé à une heure trente de route de mon père et ses parents ma petite vie d’enfant de 6 ans a basculé. Elle voulait probablement refaire sa vie, mais avait mal choisi son homme. Un gars violent envers elle qui en fait beaucoup trop voir à mes yeux d’enfants. Avec cet homme elle à eu deux garçons. Malgré le contrôle constant de son chum et l’instabilité mentale et émotive de ma mère, je me faisais à cette vie. Après tout, je ne connaissais pas autre chose. Pour moi tout était normal. En vieillissant, j’ai commencé à réaliser beaucoup de choses. À presque 13 ans quand son chum l’a quitté ma mère est devenu folle. C’est à ce moment-là enfin que ma vie à enfin pris une tournure positive. Je l’ai quitté, j’ai décidé de l’abandonner elle,mes frères, mes amis et je suis déménagée chez mes grands-parents. Je me sentais si coupable de laisser mes demi-frères là-bas.. Un moment très difficile pour l’adolescente que j’étais, mais depuis le temps que j’y rêvais secrètement. Je savais que c’était pour le mieux.

Ma mère me téléphonait au début, puis un jour plus rien elle avait changé de numéro sans m’avertir. Cette situation à été très dure pour moi, malgré tout la vie continuait. Puis quelques années ont passées et nous avons repris un peu contact vers mes 16 ans. Ma mère a tout manqué de mon adolescence, l’école, mes inquiétudes, mes joies,mon premier amour, mon bal, mes peines, etc. Je lui en ai beaucoup voulu, mais malgré tout elle restait ma mère. Je lui ai toujours parlé malgré toute la peine qu’elle m’avait causée au cour de ma vie. Je faisais comme si de rien n’était parce que c’était ma mère !

Puis vint mon 22e anniversaire elle m’avait rendu visite pour l’occasion. Quelque temps après cette visite, je lui ai téléphoné pour sa fête : ah non pas encore! Son numéro n’était plus en service. Je me suis dis qu’elle venait de le changer et qu’elle allait m’appeler bientôt. Puis les jours, les mois et les années on passé et à ce jour toujours pas reçu de coup de fil.

Difficile encore aujourd’hui de comprendre comment elle arrive à vivre ainsi loin de moi sans nouvelles. Elle sait via mes demi-frères que j’ai eu deux bébés. C’est à rien y comprendre. Je n’ai jamais pu partager avec elle mes chagrins d’essais bébé infructueux, la joie quand j’ai su que j’étais enceinte, l’annonce des jumeaux et encore moins la naissance de ceux-ci. Vivre sans mère ce n’est pas toujours évident. Mais je crois qu’un jour se rendre à l’évidence que notre mère ne sera jamais ”normale” et positive dans notre vie est sage. Je crois que ma mère ne m’a jamais réellement aimée. Elle n’a jamais placé sa vie et fait les efforts qu’il faut pour moi autant bébés que maintenant. J’avais à peine 3 jours quand j’ai passé ma première nuit complète chez mes grands-parents. Quand j’ai appris cela j’avais mes enfants et j’arrivais tellement pas à comprendre. Elle n’a pas fait un post-partum rien de ça comment à t-elle pu?

En fait toute cette histoire pour vous faire comprendre à quel point pour moi être une bonne maman est important pour moi. J’ai si peur d’échouer parfois. Je sais que jamais je ne serai elle, mais c’est si difficile de ne pas y penser. Ceux qui ont eu des parents disons, ordinaire êtes vous comme moi ? Ne pas reproduire les erreurs de ceux-ci, toujours se demander si on est à la hauteur, etc…

Je fais mon maximum avec mes jumeaux et j’espère sincèrement qu’ils trouveront plus tard que j’ai été une bonne maman. Pour moi leur offrir une vie stable était une priorité, je ne voulais pas avoir des enfants dans les mêmes conditions que j’ai été élevée. Ma plus grande peur est que mes enfants ne m’aiment pas. Certains diront ” voyons c’est impossible de ne pas aimer sa mère.” Hmmm oui c’est possible, croyez-moi. Je ne déteste pas ma mère, mais je ne l’aime pas. Je n’aime pas la personne qu’elle est, je ne lui souhaiterai jamais du malheur, mais je ne l’aime pas. En sachant que cette situation existe, j’ai peur parfois. Je sais que rien au monde ne ferait en sorte que je ne parle plus à mes fils, mais j’ai toujours cette petite inquiétude au fond de moi.

Pour moi être maman , même si ce n’est pas toujours évident, c’est le rôle de ma vie. Ma priorité est, et sera toujours, mes enfants. Je me suis quand même promis de ne pas m’oublier ,ni moi ,ni mon couple. Je veux une vie équilibrée et je crois que j’y arrive assez bien jusqu’à maintenant malgré les hauts et les bas.

À tous ceux qui vivent leurs vies en fonction des autres, peurs de blesser, écoutez-vous. J’ai fini par comprendre que même si une personne est dans la famille,si elle ne nous apporte rien de bien, rien de positif pourquoi s’acharner à entretenir ce contact ? C’est pourquoi je n’ai jamais essayé de reprendre contact avec ma mère. Plusieurs je sais ne seront pas d’accord et je comprends, car je n’ai pas toujours pensé ainsi. C’est un cheminement rempli d’embûches, mais faire le deuil d’une personne même si elle est encore vivante est possible. Je remercie le ciel d’avoir mis sur mon chemin mes grands-parents qui ont si bien pris soins de moi depuis que je suis au monde. C’est grâce à eux aujourd’hui que je suis heureuse et que j’ai la vie que j’ai toujours voulu avoir. Je sais que je ne suis pas parfaite, mais je suis une bonne maman et je vais toujours faire les efforts nécessaires pour le rester, quoi qu’il arrive. J’ai la chance d’avoir une famille, un conjoint et une belle famille formidable qui s’occupent bien de moi et de mes petits trésors. Être parent ce n’est pas facile, trouver les ressources et bien s’entourer c’est la clé à mon avis. Merci la vie de m’avoir permis de vivre cette grande aventure qu’est d’être une maman !

Advertisements

14 responses to “Être une bonne mère malgré l’echec de la nôtre

  1. Quel billet touchant! Ça n’a pas dû être facile de se dévoiler comme ça… Je salue votre courage! Pour répondre à votre question ” Ceux qui ont eu des parents disons, ordinaire êtes vous comme moi ? Ne pas reproduire les erreurs de ceux-ci, toujours se demander si on est à la hauteur, etc…” OUI! Tellement! Tous les parents ont des lacunes (peut-être pas aussi grandes que les vôtres, quand même), alors tous les enfants doivent composer avec ces lacunes. Par exemple, c’est vraiment niaiseux à comparer de votre histoire, mais moi mes parents ne m’ont pas appris le ménage, alors je suis partie dans ma vie de maman avec un petit retard à ce sujet par rapport à d’autres mamans (quoi que j’ai peut-être le “lâcher-prise” un peu plus facile que d’autres, ce qui me facilite la vie pour autre chose!). Et mes parents étaient vraiment trop rigides et inconstants, ça fait un drôle de mélange! Alors j’essaie de ne pas reproduire ces erreurs-là. Mais comme je vous dit, ce n’est RIEN à comparer de votre histoire! Comme votre maman n’était tout simplement pas là, vous devez vous demander tellement de choses! Probablement qu’essayer d’apprendre de vos grands-parents est une meilleure idée…

    Mais je crois que vous n’avez pas à vous en faire à propos de l’amour que vos enfants vous portent (oui, bon, facile à dire…) : il est évident que vous les aimez! C’est beaucoup plus facile d’aimer quelqu’un qui nous aime déjà… Oh, je suis triste de lire votre histoire… Mais contente de voir que vous vous en êtes aussi bien sortie! Bon courage pour la suite! Vous êtes une maman formidable!

    • Bravo pour votre texte mais sachez que de garder ca en dedans de vous aidera pas a oublie tout le mal que votre maman vous a fait par le passe et encore aujourdhui. Vous essayez daller cherche du reconfort en ecrivant des textes sur un blog mais consultez vous aiderai.Si vous avez tant de doutes envers votre role de maman cest que peut etre qui a quelque chose que vous faite. Parle cest grandir et reparers des blessures du passe ou meme parfois du present.!!! Consultez Mme rochette avant qui sois trop tard.

      • Bonjour Madame Goulet,
        Qu’est-ce qui vous fait croire que Mme Rochette ne consulte pas en ce moment ou n’a jamais consulté? Ça sert à quoi de donner des conseils à quelqu’un que vous ne connaissez pas et qui ne vous en demande pas?

  2. Bonjour,
    Je tombe sur votre texte un peu par hasard, mais je dois vous remercier.
    J’ai personnellement couper les ponts avec mon père après qu’il ait tenté de me poursuivre en cour pour pousuivre son vendatta contre ma mère. J’avais alors 23 ans et j’en ai eu assez. Assez de le couvez, de lui trouver des excuses, de le faire paraître comme une bon père alors qu’il a été égoïste et violent verbalement durant toutes ces années. Sa famille refuse de voir qui il est vraiment et je reste à leurs yeux celle qui l’a «renié». Et pourtant, je n’arrive pas à me trouver malheureuse depuis ce jour, au contraire, j’ai réellement l’impression que je suis plus heureuse et libérée.
    Je n’ai pas d’enfants et je crains vraiment de lui ressembler. Vous me donner de l’espoir, en plus de mettre des mots sur une réalité importante: l’amour n’est ne sera jamais un dû.

    • J’ai ecris ce texte pour briser le tabou de la famille parfaite. Je sais que mon histoire il yen a une tonne semblable.. je suis heureuse de voir le positif dans tout ça . Merci d’avoir pris le temps de patagez votre histoire 😉

  3. Wow très bon article ! Moi qui a eu une famille exemplaire j’ai toujours peur d’être une mauvaise mère je crois que cette reflexion fait de nous de bonne mère!

  4. Je répondrai par cette citation:
    « Tout le monde ressent cette peur de ne pas être assez bon, de ne pas en faire assez. C’est la peur la plus profonde et la plus fondamentale que vivent tous les êtres humains. » – Deepak Chopra

  5. Merci beaucoup pour ce texte qui brise des tabous importants. Peut-être que de partager tout ça ici vous permet déjà de mieux comprendre l’émotion envers vos parents et de voir ce que vous craignez chez vos enfants. Je crois que de leur raconter cette histoire, lorsqu’ils seront plus vieux, pourra peut-être leur faire comprendre les circonstances qui font qu’on peut ne pas aimer ses parentsm et de voir que ce n’est pas du tout ça qu’ils vivent avec vous.

    Je crois comme d’autres l’ont dit que vous avez trouvé chez vos grand-parents paternels quelque chose qui vous sert sans doute déjà de modèle.

  6. Bonjour,
    Je suis touchée par ton témoignage…
    Je pense pareil que toi..
    Je pense qu’on peut ne pas aimer un parent…
    Chaque jour j ai peur d échouer aussi, et que mes enfants pensent de moi, ce que moi je pensais de ma mère…
    (je parle au passé car elle est décédée).
    Mais malheureusement je me surprends à réagir comme elle parfois…
    J ai deux enfants comme toi..
    Je suis de tout cœur avec toi,tu es courageuse, car comme tu le dis vivre sans ” maman” c est difficile…
    Contactes moi Par mail si tu veux..
    Bonne continuatiOn…

  7. Mme PetitesVagues,
    Cette jeune femme semble manquer estime de sois et ce juge beaucoup je dis pas qu`elle n`est pas une bonne mère loin de là mais je suis presque certaine quelle ne consulte pas. Je suis un Professionnel de la santé et en examinant son texte cette jeune Maman semble avoir des questions envers sa maman qui la abandonne dans le passé . Désolé si cela vous a Brusquer c`était seulement mon point vue. Après tout ses un site ou tous le monde peux s`exprimer et si Mme Rochette à décidé d`écrire ce texte c`est qu`elle es prête a recevoir des Bravo comme des conseils. !!

    • Ben voilà : vous présumez qu’elle ne consulte pas, c’est ça qui me dérange! Vous commentez comme si vous la connaissiez, alors que ce n’est clairement pas le cas! Quand vous dites “de garder ca en dedans de vous aidera pas a oublie tout le mal que votre maman vous a fait par le passe”, ben justement, elle ne le garde pas en dedans, elle vient d’écrire un article de blogue là-dessus! Et si elle est capable de faire ça, qu’est-ce qui vous dit qu’elle ne consulte pas? J’en ai marre que les gens s’imaginent tout le temps qu’ils savent tout de tout le monde. Et les “professionnels de la santé” ne sont pas meilleurs que les autres, souvent c’est les pires! Ils ont perdu leur empathie! Voilà mon point de vue. Et je tiens à souligner que votre premier commentaire était fait en réponse à mon premier commentaire, alors je vous demanderais d’apprendre à utiliser un blogue comme il faut! Merci.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s